?

Log in

Next Entry

Parce qu'il faut bien commencer

Ça fait longtemps que j'ai créé  ce livejournal et je n'avais encore rien écrit. Paresse? Nah, pas vraiment. C'est plutôt que je cherchais ce que je pourrais bien écrire pour inaugurer. De temps en temps, au quotidien, je souriais intérieurement devant une situation quelconque en me disant  "huhu, j'me verrais bien raconter ça sur mon nouveau blog", puis soudain je me rappelais que j'avais rien écrit encore, et que ça ferait bizarre de commencer-commencer avec un pétage de coche sur les lézards ou encore un paragraphe gluant d'admiration sur un auteur de bandes dessinées. Si j'avais éternellement suivi ce mode de pensée, il est probable que je n'aurais jamais rien écrit ici.

S'il n'ya avait pas eu l'autre facteur.

L'autre facteur...la procrastination des trucs utiles à faire. Faire le ménage de ma chambre. Faire la vaisselle. Faire à bouffer pour ce soir. Faire de l'exercice (mais ça c'est pas sérieux...y'a un orage en ce moment). Brosser le chat. Organiser ma fin de semaine. Lire sur la conquête espagnole. Ramener mes livres à la bibliothèque...Tellement de choses à faire qu'au final, il n'y en a aucune qui réussit à attirer mon attention et à sembler plus urgente que les autres pour que je décide de m'en occuper en premier. Donc je procrastine. Et en procrastinant, je m'ennuie. Donc j'écris. Voilà voilà. Et je me rends service en libérant ce blog de la gênante première entrée: je le rends ainsi disponible à recevoir mes divagations futures.

Et par ailleurs une chose me chicote depuis deux ou trois jours. Profitons-en! Si je l'écris ici et maintenant, j'aurais non seulement fait un post de dépucelage, mais en plus il sera utile! Et ça passera inaperçu: pas de lecteurs sur un blog vide.

Voilà...la relativité de l'âge mental m'embarasse. Oui...vraiment. J'ai une amie dont je tairai le nom (au cas où, on sait jamais) qui a 25 ans (donc qui est notablement plus vieille que moi) et qui vit en appartement au centre-ville. J'ai été la voir y'a pas si longtemps. Quand son humeur est bonne, elle est ma foi d'agréable compagnie. Et ses amis aussi, bien sûr...mais seulement, leur univers est encore si loin du mien! Ils boivent souvent. Se droguent tout autant. Parlent de politique avec la hargne des pauvres et de guerre avec la hargne des étudiants. Le voisin de cette amie est addict à la poudre. L'amie elle-même se plaint que son ex le considérait comme un objet sexuel.

Lorsque je les vois, j'ai l'impression de suinter l'innocence par tous les pores de ma peau. Je me sens mal à l'aise...comme un touriste qui entre dans une épicerie vietnamienne et qui se rend compte que personne ne parle sa langue.

Alors vous comprendrez aisément qu'hier, quand Laura, mon amie de toujours, est venue me voir et m'a proposé d'écouter Bambi en mangeant de la compote de pommes, j'ai accepté avec très grande joie. 



Lorsque la bande des amis de mon amie auront vieilli et se seront assagis et casés, quand ce sera à mon tour de faire partie de la cohorte des jeunes adultes qui feront bientôt le monde, j'espère seulement que je serai prête. 

Parce que c'est si facile de se chier quand on saute en bas d'un pont.


Latest Month

septembre 2008
S M T W T F S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Actionné par LiveJournal.com
Designed by Taylor Savvy